Mauï 60 a l’effet mère

Lundi, après un début de matinée de merde où successivement je me déchire le genoux contre ma baignoire et je foire mon permis pour la 3e fois consécutive – de toute manière c’est forcément consécutif ce truc, je reçois un mail du gars John qui me donne le lieu du rendez vous pour le soir même… et merde c’est pas la semaine prochaine le concert de Tahiti 80 ? ah non ? bon avec ma veine il se fera pas à cause de la pluie, du vent ou que sais-je encore.

Bref, quand faut y aller – surtout quand c’est payé, faut y aller. Je ne connaissait pas le lieu. Le Point Éphémère sur le quai de Valmy est une sorte de bar couplé à une salle de concert. Le lieu n’est pas très grand et semble un peu vétuste mais c’est très sympa visiblement.

C’est d’ailleurs assez hallucinant de voir que Tahiti 80 est un groupe assez connu à l’international, surtout au Japon, où ils font des concert assez conséquents, et qu’en france ils remplissent à peine une telle salle dans Paris.
Tant mieux pour moi, là j’étais dans les premiers rangs et les photos que j’ai ramené sont d’un peu meilleure qualité que la miteuse prise de vue floue et baveuse du concert de Jamiroquai.

Les premières parties du concert ont été longues… mais longues !! Je dis peut-être ça parce que je m’y suis fait un peu chier mais très franchement dans le genre j’ai pas la pèche et dans 1/4 d’heure vous serez dans le même état c’était le pompon.
Encore le premier groupe se tenait, scall ou scalp j’ai pas compris leur nom et visiblement le chanteur avait une trouille bleue de parler au micro donc il a été très bref pour expliquer qui il était. Un mec avec une violoncelliste – assez mignonne d’ailleurs – qui chantent des trucs qui font pleurer nottament une reprise du tube de Jevetta Steele : Calling You. C’était sympa pour passer le temps mais pas assez pour ne pas ressentir le mal de dos, de mollets, la fatigue de la journée et puis de toute façon j’ai pas demandé à v’nir au monde !

Mais la suite fut une torture bien pire encore et pour près de 7 chansons !! Bon, je l’accorde j’exagère beaucoup, c’était pas si mal, ça se tenait mais ça se tenait assez mal. La chanteuse de Driving with Andy veut chanter en anglais, passe encore, mais le problème c’est qu’elle semble vouloir se remplir la bouche de marshmallow en même temps, ce qui fait qu’elle est incompréhensible… enfin presque et là le bât blesse encore : des histoires dépressives à souhaits façon ados perdus. Elle nous a prévenu qu’il y allait avoir une chanson chaloupée… bin la chaloupe elle voguait sur mer calme et c’est le moins qu’on puisse dire. À ce moment là du concert on a mal partout, on a envie de trouver une corde et on se demande où est Tahiti 80, 1h30 après le début des hostilités.

Ah enfin ils arrivent, on retrouve le chanteur en duo avec le groupe précédent – en anorak précisons le – et enfin ils sont tous là. Il faut d’abord dire que je ne les connaissais qu’à travers leurs chansons auparavant et encore je n’en connais de quelques unes, je ne savais donc pas vraiment à quoi m’attendre.

Leur prestation était vraiment très très bonne ! Le son est très pop-rock, beaucoup plus pop sur leurs albums je trouve mais sur scène on ressent bien les guitare/basse/batterie caractéristiques. Malgré quelques problèmes techniques ils ont brillament performés pendant près de 1 h 45. Les commentaires du bassiste et ses dialogues improbables avec le chanteur étaient très très drôles, c’était rafraîchissant d’avoir une telle proximité dans un concert, ce qu’à mon avis on ne peut pas avoir dans des salles comme l’Élysées-Montmartre et encore moins à Bercy.

Une des choses amusantes qu’on pouvait observer c’est qu’ils tournaient entre instruments : clavier, percu, batterie, guitare, il n’y en a qu’un qui n’a pas bougé c’est un des guitaristes.

Le final était assez grandiose avec une pèche phénoménale, un bassiste – Pédro – avec un casque de panda, le chanteur – Xavier – qui donne des effets de folie avec les pédales à ses pieds… Un grand moment comme le final d’un feu d’artifice où ça pète bien dans tes oreilles et que tu en redemandes.

Deux détails amusants dans la soirée :
– Une fille qui était devant moi a passé tout le concert pendue à son téléphone, même pendant le final, elle appellait des gens et leur faisait écouter les chansons. Je sais pas si elle a réellement profité du concert au final 🙂
– Le chanteur s’est repris à 3 fois sur une chanson… je ne sais pas s’il se plantait sur les paroles où sur sa guitare. Au moment de se concentrer sur le 3e départ, il se prépare dans un silence de mort, et là je dis à voix haute “Respire !!”, ça le coupe il sourit vite fait et il reprend sans problèmes… ah ah ! J’ai encore réussi à faire mon intéressant ! ^__^

Au final, la journée s’est bien mieux finie qu’elle n’avait commencé… comme quoi il n’y a pas de loi des séries qui tienne 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *